Est-il vrai que la physique quantique rend fou ?

OUI, la physique quantique rend fou – a fortiori si, comme 99% des gens, vous ne comprenez rien aux équations mathématiques – tant elle fait vaciller l’esprit cartésien (« newtonien » serait plus logique mais on ne va pas commencer à chercher la petite bête) dans des abîmes de perplexité. Mais ce n’est pas grave, car être fou n’a jamais empêché de vivre – cela peut même parfois contribuer à adoucir certaines des vicissitudes de l’existence –, et les fous ne sont pas forcément ceux que l’on croit.

0.Science & Vie2.INEXPLOREQuoi qu’il en soit, le mystère quantique et le vertige qu’il provoque chez le non-initié suscitent un vrai engouement, comme en témoigne l’abondance de « littérature » sur le sujet. Le quantique a contaminé le champ de la psychologie et de la philosophie. Certains vont même jusqu’à jeter des ponts douteux entre le développement personnel et le quantique, ce qui doit bien faire rigoler les cracks de la « méca-Q ».

Mais revenons à nos folies quantiques.

Albert Einstein déclara un jour : « Le quantique nous prédit non seulement un futur incertain, mais aussi un passé incertain. » De quoi rendre chèvre la personne animée des meilleures intentions à l’égard de cette science, découverte il y a un peu plus de cent ans par une bande de joyeux lurons danois, autrichiens, allemands, Max Born, Niels Bohr, Wolfgang Pauli, Erwin Schrödinger, Werner Heisenberg.

3.Richard-FeynmanPlus tard, Richard Feynman, prix Nobel de physique 1964, jamais en retard d’une boutade, ira jusqu’à affirmer : « Je crois pouvoir dire sans risque de me tromper que personne ne comprend la mécanique quantique. » De là à dire qu’elle rend fou, il y a un pas, qu’il ne franchit cependant pas. Ce que fera allégrement un Sidney Coleman (1937-2007) déchaîné, dans une conférence restée célèbre, Quantum mechanics in your face, que vous pouvez découvrir – à vos risques et périls, et en anglais – ici.

Lors de ses cours au Collège de France, auxquels nous avons eu le privilège d’assister, Serge Haroche, prix Nobel de physique 2012, n’utilise-t-il pas l’élégante expression d’étrangeté quantique ! Le mot « étrangeté » est d’autant plus intéressant qu’il permet de poser des passerelles avec cette autre bouleversante et merveilleuse étrangeté, cette terra incognita dont on ne se rassasie jamais, qu’est… la littérature ! C’est d’ailleurs là, disons-le sans fausse modestie, l’un des thèmes récurrents de L’esprit Bénuchot.

Ce qui est certain, c’est que sans la physique quantique vous ne seriez pas en train de lire ces lignes sur ce support numérique, car c’est bien grâce aux applications de cette science révolutionnaire que sont nées des techniques aussi capitales qu’Internet, le laser ou encore l’IRM.

4.La_fievre_des_particulesSignalons aussi le très émouvant film La fièvre des particules, qui raconte comment les accélérateurs du CERN – et la persévérance géniale de quelques milliers de scientifiques – permirent de prouver en juillet 2012 que Peter Higgs, François Englert et Robert Brout ne s’étaient pas trompés en prédisant dès 1964 le fameux boson scalaire de Brout-Englers-Higgs, plus connu sous le nom de boson de Higgs, dont l’entrée fracassante dans le Modèle standard de la physique (rang n° 25) n’a pas fini de faire couler l’encre.

Il semblerait que les accélérateurs du LHC, à qui Alexeï Grinbaum a consacré un très bel Éloge philosophique du Grand Collisionneur de Hadrons consultable en ligne, auraient permis de détecter une nouvelle catégorie de particules.

5.LCH.pentaquarks

Le bruit court même qu’elle ferait une apparition – fugace – dans L’esprit Bénuchot. L’auteur de ces lignes prendrait-il ses désirs pour des réalités ? Serait-il réellement devenu fou ? Pour s’en convaincre, le mieux est encore de lire…


À suivre dans cette rubrique :